Rechercher

Jean-Michel Dumont


Voyage du 1er au 15 mai






Sur les conseils d’amis vivant en Iran ou y ayant vécu récemment, nous avons décidé d’y partir en vacances contre l’avis de nombreuses autres personnes. Ce sont aussi les amis qui nous ont encouragé à y aller qui nous ont mis en contact avec Tanin, une conseillère en voyage qui mérite bien ce nom. C’est elle qui s’est occupée de toutes les réservations d’hôtel ainsi que de la mise à disposition d’un chauffeur-guide et de la voiture pour ce voyage, à notre entière satisfaction. Tenant compte des vols disponibles – nous vivons à Kinshasa -, nous nous sommes mis d’accord sur un programme. En cours de route, nous l’avons encore adapté parce que nous nous sommes rendus compte sur le terrain que nous risquions de devoir visiter Pasargades, Naqsh-e-Rostem et Persépolis au pas de course, ce qui aurait été fort dommage. Notre centre d’intérêt était l’histoire de l’Iran. A l’exception des joyaux de la couronne dans les sous-sols de la Banque Markazi, encore inaccessible pour cause de Covid vu le caractère confiné du lieu, nous avons vu tout ce que nous espérions voir et plus encore. Pour résumer, nous avons passé deux jours à Téhéran puis avons visité successivement Kashan, en dormant à l’hôtel boutique Saraye Ameriha, Ispahan, où nous avons passé trois nuits à l’hôtel Ghasr Monshi ; Yazd où nous en avons passé deux à l’hôtel Hooman Boutique ; Pasargades, Naqsh-e-Rostem, Persépolis, avant d’installer notre base à Chiraz, à l’hôtel Forough, idéalement situé, pour les derniers jours du voyage, d’où nous avons fait des excursions à Firuzabad et Bishapur pour nous imprégner de l’histoire assez peu connue de l’époque sassanide, avant de visiter Chiraz les derniers jours.

Beaucoup de coups de cœur pendant ce voyage sans temps morts mais très équilibré. Pour la période Qadjare, le Palais du Golestan à Téhéran et la Mosquée Verte à Chiraz, dont l’intérieur a été complètement refait à cette époque, nous paraissent être des incontournables. La citadelle de Chiraz et le palais de Karim Khan Zand, fondateur de la dynastie éponyme, qui s’y trouve, sont des bijoux de la période Zand, lorsque Chiraz est devenue capitale après Ispahan. A voir aussi, de cette période et toujours à Chiraz, la Mosquée Vakil et la Mosquée Nazir-ol-Molk, un peu plus récente. Ispahan, capitale durant toute l’époque séfévide, regorge bien sûr de merveilles à commencer par la sublime place Naghsh-e-Jahan, à parcourir de jour, à voir de la terrasse du Palais Ali-Qapu, mais à voir aussi ABSOLUMENT de nuit. A Ispahan toujours, ne pas manquer la Mosquée du Vendredi, qui est une encyclopédie de l’histoire de l’architecture musulmane iranienne, et la cathédrale arménienne Saint-Sauveur. Concernant les excursions à partir de Chiraz, nous conseillons fortement le pont sassanide de Kvar et le Palais d’Ardashir à Firuzabad, avec un crochet au retour, si c’est la bonne saison pour observer ce phénomène, au lac Maharlu ou lac Rose. Aux alentours de Bishapour, un autre must méconnu est la vallée de Tang-e-Chogan qui abrite de nombreux et superbes bas-reliefs sassanides ainsi que la grotte de Chapour. Et puis il y a tout le reste et ce bref compte-rendu ne peut bien sûr être exhaustif mais il faut quand même citer, en particulier, la cuisine, très variée, les visites des bazars, avec une recommandation particulière pour celui de Chiraz, et, partout, la gentillesse des Iraniens et des Iraniennes. Pour conclure en quelques mots, un voyage sans le moindre problème et qui a dépassé toutes nos attentes.



0 commentaire

Posts récents

Voir tout